Vous êtes ici

Marsat, site clunisien

Facebook | Twitter | | | |

Au VIIème siècle, Saint Priest (Evêque de Clermont de 665à 672) établit un couvent de religieuse à Marsat afin de veiller sur les précieuses reliques de la Vierge qui attiraient les pèlerins de lointains horizons. Le prieuré de Marsat est placé ensuite sous l'obédience de la grande abbaye de Mozac, toute proche, qui assure la prospérité et la sécurité du couvent. Les religieuse de Marsat deviennent bénédictines de l'ordre de Cluny en 1095 lorsque Mozac est placé sous la dépendance de cet ordre. Le couvent ouvrait ses portes aux filles des plus hauts lignages de la province. A la fin du XVIIème siècle la communauté a de la peine à assurer sa subsistance et le prieuré semble s'éteindre lentement. Après la Révolution, les bâtiments du cloître deviennent « biens nationaux ». Ils sont lotis et vendus entre 39 acquéreurs. L’œuvre néfaste du temps et des hommes fait le reste, En 1989 la commune décide la restauration du cloître et des bâtiments conventuels.

En 2000, Marsat adhère à la « Fédération des Sites Clunisiens ».
Cette association est née en 1994 lorsque des personnalités des villes de Valensole, Cluny et Souvigny décidèrent de créer la « Fédération des Sites Clunisiens » pour redessiner sur la carte européenne le réseau qu'avaient tissé les moines noirs de Cluny en lui donnant une vocation à la fois historique, culturelle et touristique. Les créateurs de cette nouvelle association, forte de 24 sites, faisaient office de pionniers dans le paysage culturel et historique des pays où se trouve le patrimoine clunisien.

En 2005, le réseau des sites clunisiens (environ 80 sites) obtenait la mention de « Grand Itinéraire culturel du Conseil de l'Europe »,

En 2010, la Fédération Européenne fêtait avec la ville de Cluny et plus de 150 sites clunisiens répartis en France, en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Angleterre, en Écosse et en Espagne, les onze siècles d'histoire clunisienne. Ce faisant , elle accroissait de manière extraordinaire sa visibilité et prenait une place prépondérante dans le monde de l'histoire, de la culture et du tourisme en Europe.
Cet anniversaire était aussi l'occasion pour la Fédération de proposer à ses membres la mise en application de la charte clunisienne pour la poursuite du développement de l'association.
La charte clunisienne est une véritable profession de foi pour mettre en œuvre un espace culturel clunisien européen, espace de connaissance et de citoyenneté dans les domaines de la culture de l'histoire et du tourisme. La Fédération, avec le concours de tous les sites clunisiens, entend ainsi promouvoir un engagement pour un tourisme humaniste, respectueux des valeurs et des traditions locales en privilégiant la rencontre, l'hospitalité et l'échange dans un esprit de développement durable.

 

Documents: 
A téléchargerTaille
Carte de l'Auvergne des sites Clunisiens5.22 Mo